Message de SEM Yacouba Isaac Zida à l’occasion de la célébration de l’Aid El Fitr

En ce jour spécial d’Aid El Fitr qui marque la fin du mois du Ramadan, je voudrais souhaiter à tous les fidèles musulmans, une bonne commémoration.

Lors de la prière de l’Aïd El Fitr, j’aimerais encourager mes frères musulmans, à prier ardemment, pour notre cher pays, le Burkina Faso. Prions pour la paix, la sécurité, la cohésion sociale ; pour l’avenir de nos enfants…

J’invite de ce fait, la nation burkinabè à une célébration sous le signe du partage et de l’amour fraternel.

A l’heure où des individus sans foi ni loi cherchent à semer le chaos et la désolation au sein de notre Nation, nous nous devons d’implorer le Tout-Puissant pour qu’Il nous délivre, dans son immense bonté, des forces ténébreuses.

C’est dans ces moments particulièrement difficiles, de guerre asymétrique, que nous devons nous montrer plus que jamais, unis et solidaires comme les enfants d’une même Famille. Seule notre foi en un Dieu Compatissant, d’Amour et plein de Miséricorde peut sauver le Burkina Faso.

Bonne fête de l’Aïd El Fitr !

Puisse Dieu Tout-puissant et le miséricordieux agréer les prières de chacun et puisse-t-Il bénir nos familles respectives ainsi que la Nation entière.

C’est ensemble que nous bâtirons un Burkina Faso meilleur !

SEM Yacouba Isaac Zida

Message de SEM Yacouba Isaac Zida suite aux attaques terroristes perpétrées contre les lieux de culte

Chers Burkinabè, mes chers compatriotes,

Notre nation depuis un moment déjà est quotidiennement confrontée aux massacres de ses populations par des factions terroristes. Au regard de cette situation, il est plus que jamais impératif que nous demeurions unis au-delà de nos différences, car c’est l’union de tous les fils et filles de la patrie qui constitue le bouclier contre ces forces du mal.

Je voudrais particulièrement en ces moments tragiques que traverse notre nation, rappeler à chacun que nous ne devons pas tomber dans le piège de la haine, mais rappelons-nous que la cohabitation harmonieuse va au-delà de nos différences religieuses et ethniques et qu’elle fut et demeure le terreau de notre nation dans sa quête d’un état véritablement démocratique.

A ceux qui tentent de semer la graine de la division, il est de notre devoir de les interpeller fermement et de barrer la route à toutes formes de discrimination envers une communauté, quelles que soient leurs croyances, leur appartenance ethnique ou religieuse. Une nation forte se construit dans la diversité et non sur les bases de la prétendue supériorité d’un groupe sur les autres.

Il est bon de rappeler, dans ce contexte où les différences religieuses servent de plus en plus à fomenter la division dans notre société, que le socle de notre constitution repose sur la justice et le droit pour tous les citoyens et proscrit absolument le meurtre de tout innocent.

Aux frères et sœurs musulmans et chrétiens, qui en ce moment précis de l’histoire de notre patrie sont particulièrement visés par ces exactions terroristes, nous compatissons à leur douleur et notamment à celle de tous ceux qui ont perdu des proches. Que Dieu le Tout-puissant console les cœurs affligés.

Enfin, dans cette dure épreuve qui nous touche tous, il est propice de rappeler à l’ensemble de la collectivité des croyants ces paroles sans équivoque et intemporelles sur l’unicité du message divin au-delà des différences de dogme religieux :

« Celui qui a tué un homme qui n’a commis aucune violence sur terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Celui qui sauve un seul innocent, c’est comme s’il avait sauvé l’humanité toute entière…» (Sourate 5, verset 32)

 « Tu ne prononceras point de sentence inique, et tu ne feras point mourir l’innocent et le juste; car je n’absoudrai point le coupable » (Exode 23:7)

À la lumière de ces paroles, continuons ensemble de condamner ces exactions qui n’ont d’autres buts que de semer la division et répandre abondamment le sang de citoyens innocents. Unissons nos prières aux efforts de nos forces de défense et de sécurité qui n’ont de cesse de mettre leur vie en danger pour protéger la nation contre cette hydre terroriste.

Que Dieu protège et bénisse le Burkina Faso

C’est ensemble que nous bâtirons un Burkina meilleur!

SEM Yacouba Isaac Zida  

Je ressens de la douleur

Lorsqu’en 2016 je commençais la rédaction du chapitre “la désillusion” de mon livre, je notais déjà une dégradation de la situation et la souffrance de notre peuple depuis la fin de la Transition politique. Aujourd’hui encore, quatre années après l’insurrection populaire la situation du Burkina Faso est catastrophique sur tous les plans notamment social, sécuritaire, politique et économique.

Nous avions tant espéré un changement de cap vers un Burkina meilleur, mais hélas…
Personne ne peut conserver du vin nouveau dans des vieilles outres, autrement les outres se cassent et tout est perdu (le vin et les outres) !

Le peuple burkinabé a des aspirations nouvelles, des exigences révolutionnaires qui doivent trouver en face d’elles un gouvernement innovant et entièrement dévoué à la cause de son peuple … que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

C’est ensemble que nous bâtirons un Burkina meilleur.

Mon message sur les attaques de Yiougo

Chers compatriotes et amis du Burkina Faso,
Les forces du mal ont une fois de plus endeuillé notre peuple avec les attaques de Yiougo dans la province du Sanmatenga dans la nuit du 31 Décembre au 1er Janvier. Les populations dans leur légitime colère malheureusement incontrôlée s’en sont pris aux Peulhs avec lesquels cependant ils cohabitaient paisiblement depuis la nuit des temps. Les conséquences de ces affrontements sont énormes et le bilan lourd en perte de vies humaines. Observer le silence face à ces drames serait faire preuve d’une complicité à ces massacres et se rendre coupable au même titre que les assassins envers tout le sang qui arrose chaque jour la terre du Burkina. J’exprime toute ma compassion aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Que le Seigneur console nos cœurs affligés.
En ces temps difficiles, notre peuple doit plus que jamais se montrer brave et solidaire, afin de faire face avec courage et ténacité à l’adversité.
J’invite le gouvernement à plus de responsabilité et d’initiative pour mettre fin aux souffrances du peuple dont il est le garant de la sécurité.
C’est ensemble que nous bâtirons un Burkina meilleur.

Bonne et heureuse année 2019

Bonne et heureuse année 2019 chers compatriotes et amis du monde entier!

Ma prière est que 2019 soit meilleure sur tous les plans pour notre nation, pour vos familles et pour tous ceux qui vous sont chers.

Je demeure plus que jamais convaincu que ma vision qui est celle d’« Un Burkina Faso meilleur, un pays où chaque citoyen quels que soient son sexe et son âge, voit se réaliser son rêve dans un pays harmonieusement transformé en un havre de paix, de liberté, de justice et de progrès pour toutes les générations », verra un jour son accomplissement pour le bonheur de tous.

Que Dieu bénisse notre patrie le Burkina Faso.

Message de SEM Yacouba Isaac Zida a l’occasion du 20ème anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo

Le peuple Burkinabè commémore en ce 13 décembre 2018, le 20ème anniversaire de l’assassinat du journaliste Norbert ZONGO et de ses trois (3) compagnons sous le signe de la poursuite de la lutte pour la manifestation de la vérité et la justice. Une fois de plus, tous les défenseurs de la démocratie, de la liberté de presse et d’opinion réclament vérité et justice pour les quatre suppliciés de Sapouy.
Directeur de Publication et Fondateur du premier journal d’investigation au Burkina Faso, Norbert Zongo a refusé de bâillonner sa plume jusqu’au sacrifice suprême.
Pour donner une suite conséquente à ces fortes attentes, également exprimées par les insurgés d’octobre 2014, le gouvernement de la transition, dès son installation, avait pris des actes forts sur différents dossiers dont, notamment, celui de Norbert ZONGO.

Mon gouvernement avait décidé de la réouverture du dossier, de la désignation d’un nouveau juge d’instruction, de la mise à la disposition du juge d’instruction, de moyens conséquents pour la conduite du dossier et, enfin, de l’exécution par le gouvernement de la Transition de l’arrêt sur les réparations, objet de la requête n°03/2011, rendu le 5 juin 2015 par la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples dans la cause opposant les ayants droits de feu Norbert Zongo et 04 autres à l’Etat du Burkina.
En en jour anniversaire de l’acte ignoble du 13 décembre 1998, je voudrais réaffirmer avec force, toute ma solidarité avec tous les acteurs de la société civile ainsi que tout mon soutien et ma compassion aux familles des suppliciés.

Oui, quelque soit l’intensité de l’obscurité, elle finira toujours par s’emincir devant le rayonnement de la lumière.

Et j’en suis persuadé, la lumière de la lampe qui est allumée au lieu emblématique de la liberté de la presse, même si elle n’est pas visible par tous les Burkinabè, rayonnera un jour sur la terre des Hommes Intègres et même au-delà.

Vive la liberté de la presse !
Justice pour tous nos héros nationaux !
C’est ensemble que nous bâtirons un Burkina meilleur !
Que Dieu bénisse le Burkina Faso.

SEM Yacouba Isaac Zida

Actualités Actualités Ouagadougou Actualités politiques au Burkina Faso Assassinat journaliste Attentats terroristes Blaise Compaoré Bonne année 2019 Isaac Zida Burkina Faso Burkina Faso Coup d’état de 2015 Djihadistes Enfants en danger Fondation Isaac Zida Indépendance Isaac Zida Lettre au peuple Burkinabé Livre Yacouba Isaac Zida “Je sais qui je suis” Norbert Zongo Ouagadougou Politique Burkina Faso YIZ News YIZ Yacouba Isaac Zida Élection 2020 Burkina Faso