Message à l’occasion du 5e anniversaire de l’insurrection populaire

« Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants » disait Antoine de Saint-Exupéry

Voici cinq ans déjà qu’un matin le ciel s’était étrangement assombri au-dessus de Ouagadougou. La roue de l’histoire de notre pays le Burkina Faso venait d’effectuer un brusque tournant.

Ce fut des moments d’incertitudes mais aussi pleins d’espoirs, marqués essentiellement par le déferlement de dizaines voire centaines de milliers de burkinabé surtout des jeunes, dans les rues pour exprimer leur volonté de changement. Plusieurs sont tombés sur le champ de bataille et d’autres ont été à jamais marqués physiquement ou émotionnellement. Je m’incline devant la mémoire de tous les martyrs des 30 et 31 octobre 2014 et souhaite encore une guérison totale à ceux qui sont affectés d’une quelconque façon. Le meilleur hommage que nous devons rendre aux martyrs est sans conteste de bâtir un Burkina meilleur afin que leur sacrifice ne soit pas vain. Pour cela, chaque parole, chaque action doit avoir un seul but : faire avancer le Burkina Faso!

A l’heure du bilan que nous nous devons de faire aujourd’hui nous devons nous laisser habiter uniquement par un ardent désir d’éclairer la marche de notre peuple et lui donner la force et le courage de continuer d’aller vers des lendemains meilleurs. Certes le contexte de cette commémoration est particulièrement difficile et marqué par une situation nationale difficile sur les plans sécuritaire, économique, socio-politique, etc.

Si nous croyons que les nations qui se sont construite n’ont pas connu des difficultés, nous avons tort; plusieurs d’entre elles en ont connu pire que ce que vit le Burkina. Ceci pour dire que nous pouvons et nous devons découvrir les voies nécessaires pour sauver notre pays. Nous ne pouvons pas nous offrir le luxe de laisser notre héritage être détruit par quiconque. Je lance donc ici un appel à toutes les personnes animées de bons sentiments à l’endroit de notre patrie à s’investir pour stopper les dégâts car ça suffit maintenant, trop c’est trop!

Nous devons transmettre un pays prospère à nos enfants de qui nous l’avons emprunté…

Vive le peuple burkinabé

Vive la jeunesse burkinabé

Que Dieu bénisse le Burkina Faso !!!

Version PDF gratuite de mon livre « Je sais qui je suis »

Chers compatriotes, chers amis,

Le lancement de mon livre « Je sais qui je suis » le 31 octobre 2018 a connu un succès au-delà de mes espérances.

De mémoire des burkinabè, c’est la première fois dans l’histoire de notre nation que des hommes et femmes ont fait le rang pour se procurer une copie d’un livre écrit par un compatriote. J’aimerais prendre le temps pour vous dire merci pour cet accueil réservé à ce livre témoignage, ma part de vérité sur l’histoire récente de notre nation.

Afin de le rendre encore plus accessible à tous, j’ai décidé de mettre la version PDF gratuitement accessible sur mon site :

Mon désir et mon souhait sont que cette lecture puisse enrichir votre esprit en quête de vérité et vous permette de forger vous-mêmes votre propre opinion sur notre histoire commune.

Winston Churchill a bien dit qu’ « un peuple qui ignore son histoire se condamne à le revivre sans cesse »

Chers compatriotes, pour que nous ne tournons pas en rond et pour que nous allons vers des lendemains meilleurs, je vous invite pendant que vous parcourez cet ouvrage à apprendre de nos erreurs du passé afin de bâtir pour nos enfants un Burkina plus uni et plus fort.

Que Dieu bénisse le Burkina Faso !!!

JE SUIS PLUS QU’OUTRÉ, JE SUIS REVOLTÉ

Pour vaincre le terrorisme il nous faut d’abord et avant tout nous vaincre nous-mêmes, vaincre nos peurs, vaincre nos doutes, vaincre nos haines et nos orgueils, vaincre nos divisions, et par-dessus tout nous devons impérativement vaincre cette stupidité qui consiste à nous tromper toujours d’ennemis.

Ce sont exactement toutes ces choses qui nous rendent si faibles, si vulnérables et si inefficaces face aux assauts des terroristes.

Qui est notre ennemi?

Quelles sont ses intentions à court, moyen, et long terme?

Quels sont ses forces, faiblesses, et soutiens ?

Quels sont ses modes opératoires ?

Si nous répondons juste et sans complaisance à ces questions par un service de renseignement efficace, si nous équipons nos troupes avec des moyens adaptés et suffisants et qu’enfin nous plaçons ces dernières sous une chaîne de commandement plus efficiente, le terrorisme relèvera bientôt de l’histoire ancienne dans notre pays.

Au lieu de cela les gouvernants nous distillent un discours creux, complètement inutile, irresponsable et qui ne fait que nous prouver leur incompétence totale à protéger les burkinabé. Devons-nous vraiment tous mourir ??? Non, nous préférons que ce soit les terroristes qui meurent tous et que les burkinabè vivent tranquillement chez eux.

Aucun burkinabé ne mérite de mourir pour que ce pouvoir corrompu continue d’exercer sa gouvernance médiocre. Le Burkina Faso a droit et mérite mieux que ça.

Que Dieu bénisse le Burkina Faso !!!

L’INSÉCURITÉ AU BURKINA FASO

Cher amis, chers compatriotes,

Le Lundi 19 Août dernier l’armée nationale a été amputée par la tuerie de 30 de ses soldats par un assaut meurtrier sur le détachement militaire de Koutougou dans la province du Soum.

Avec cette énième attaque perpétrée sur notre territoire qui me déchire le cœur, je présente mes sincères condoléances aux familles des disparus et à l’ensemble de l’armée et de la nation.

Les mots ne suffisent pas à exprimer ma douleur, ma colère …

Loin de moi l’idée de profiter de cette occasion, pour faire ce qu’on pourrait appeler communément de la « politique politicienne », le moment et l’heure seraient évidemment très mal choisis. Toutefois c’est le lieu ici de m’indigner face à la situation critique que traverse notre pays. Cette attaque à Koutougou et toutes les nombreuses autres exactions qui ont eu lieu depuis plusieurs années doivent nous amener à nous interroger sérieusement sur la capacité politique et militaire du Burkina à faire face au péril terroriste.

Oui, la sécurité de notre territoire est la question centrale qui doit nous préoccuper. Peu importe qui gouverne aujourd’hui ou gouvernera demain le Burkina, il est impératif que cela se passe dans un pays sécurisé et un climat de paix.

En effet, la sécurité est la pierre angulaire de toute société qui aspire à une stabilité sociale et économique. La situation du Burkina malheureusement est plus que préoccupante car comme le déclarait Mme Metsi Makhetha coordinatrice résidente des Nations Unies au pays des hommes intègres ce 24 juin dernier :

« Le Burkina Faso souffre d’une « crise humanitaire sans précédent à cause de l’insécurité…. De par ses impacts, cette situation risque de retarder la marche du pays vers ses objectifs de développement et de paix durable. Elle fragilise la cohésion sociale et elle a occasionné le déplacement de milliers de familles, provoquant une situation d’urgence humanitaire que le pays n’avait jamais connu. Le nombre de personnes déplacées a triplé, passant de 50,000 en début de l’année 2019 a plus de 170,000 actuellement. »

Hervé Verhoosel, porte-parole du Programme Alimentaire Mondiale de renchérir à propos de cette crise humanitaire: « En raison de l’insécurité croissante, le Burkina Faso a pour l’instant énormément de déplacés, cinq fois plus qu’en 2018. Cela fait 240 000 personnes qui ont fui leur foyer. Et cette insécurité a également entraîné toutes ces fermetures d’écoles et de centres de santé »

La conclusion qui découle de ces déclarations, est sans équivoque, notre nation court inéluctablement à sa perte si rien n’est fait immédiatement.

Il nous appartient à tous d’exiger que nos gouvernants actuels mettent en priorité la question de la sécurité afin que tous les citoyens du Burkina sans distinction vivent en paix chez eux. Il n’est plus seulement l’affaire de l’opposition politique mais la responsabilité de toute la nation de dénoncer le laxisme et l’incompétence de ceux qui ont fait le serment de servir le Burkina, de protéger les burkinabé par tous les moyens. Avec une armée de plusieurs dizaines de milliers d’hommes ce gouvernement n’arrive pas à venir à bout de simples aventuriers égarés!? Comment le peuple burkinabé peut-il comprendre cela?

Nous ne voulons pas d’un pays qui demain sera un territoire ravagé par les forces obscurantistes et nous appelons donc chaque citoyen à son niveau à œuvrer pour non seulement assurer la cohésion sociale mais également rappeler aux gouvernants actuels qu’il s’agit de leur entière responsabilité d’assurer cette sécurité en déployant tous les moyens humains et matériels qu’il faut pour que les forces de défenses soient en mesure d’éradiquer la menace terroriste.

Nous ne voulons pas continuer à compter les morts parmi les civils et les FDS. Il faut que cela s’arrête quelque soit le prix à payer. En démocratie, le peuple n’est pas au service du pouvoir mais au contraire c’est le pouvoir qui est au service du peuple et c’est le lieu de le rappeler haut et fort.

Que Dieu bénisse le Burkina Faso !!!

Décès de sa majesté Koupiendieli, 31ème Roi du Gulmu

Ce matin du 17 Août 2019 nous avons appris la triste nouvelle de la disparition de sa majesté Koupiendieli, 31ème Roi du Gulmu. La région de l’Est et le Burkina tout entier est endeuillé par cette nouvelle. Cet illustre fils du Burkina que nous pleurons aujourd’hui a été un Grand serviteur de l’Etat dans l’administration publique, et en tant que député au parlement, avant de se voir intronisé en 2002 comme successeur sur le trône de Diaba Lompo fondateur du royaume. Nous nous inclinons devant la mémoire du défunt et adressons nos sincères condoléances à la famille, à tous les proches, à tous les habitants du Gulmu, ainsi qu’à tous les burkinabé.

Que son souvenir reste éternel dans le cœur de son peuple qu’il a tant aimé et servi, et puisse la terre libre du Burkina lui être légère.

Bonne fête de L’Assomption

Aujourd’hui l’Eglise catholique célèbre l’Assomption de la Vierge Marie. Cette sainte célébration nous donne l’occasion de prier pour la solidarité, la cohésion sociale et la paix au Burkina Faso. Que cette Assomption soit porteuse d’espérances.

Cette année, au Burkina Faso, l’Eglise a fortement été éprouvée par les forces du mal. Des vies ont été ôtées, des familles endeuillées et des lieux saints profanés. C’est ici l’occasion une fois de plus pour moi de présenter mes condoléances les plus sincères à toute l’église famille de Dieu. Que le Seigneur console tous les cœurs.

Je prie que ceux qui ont été affectés de prêt ou de loin par ces évènements désastreux, soient restaurés dans leur corps et dans leur âme.

Que le Burkina Faso connaisse enfin une aire débarrassée de pareilles tragédies.

Je salue la bravoure du peuple burkinabè face à ces différents assauts. En effet, notre nation qui s’est toujours distinguée par la tolérance religieuse, a su maintenir sa cohésion et résisté à la tentation de l’escalade violente. Nous avons toujours été un peuple de paix et entendons le rester.

Je prie que les filles et fils du Burkina Faso, continuent de confirmer leur engagement à œuvrer ensemble dans la paix et la solidarité.

Que Dieu bénisse le Burkina.

C’est ensemble que nous bâtirons un Burkina meilleur.

SEM Yacouba Isaac ZIDA

Longue vie à Naaba Ligdi du royaume de Boussouma

Ce Dimanche 11 Août 2019, une semaine après la disparition de sa majesté Naaba Sonré, il a été procédé à l’intronisation de son successeur Naaba Ligdi, 32ème Roi de la dynastie. Le conseil des anciens dans un sacré respect de nos traditions ont désigné le fils aîné du disparu pour perpétuer le règne et devenir ainsi le dépositaire et le garant des valeurs léguées par nos ancêtres. C’est un signe que tout n’est pas perdu au Faso et que la voix du consensus peut encore être trouvée quand il s’agit de l’intérêt général.

Je présente mes félicitations au nouveau Dima de Boussouma et je prie que le Seigneur Dieu qui règne sur le règne des hommes lui accorde sagesse et intelligence pour accomplir ce qui constitue désormais son devoir: assurer la paix, la cohésion et le développement de son royaume et du Burkina Faso.

Vive le Roi

Longue vie au Roi

Vive le royaume de Boussouma

Bonne fête de l’Aïd el-Kébir

A l’occasion de la célébration ce jour de l’Aïd el-Kébir, je souhaite à tous les musulmans du Burkina et d’ailleurs une très bonne fête. Puisse Dieu Tout-puissant garantir à chaque famille la paix la santé l’amour et la satisfaction des besoins.

Nelson Mandela disait que nous devons faire du monde un meilleur endroit où vivre, et je partage cette pensée avec tous mes compatriotes sans exception de genre, d’ethnie, de religion, d’âge, et de conditions sociales pour dire que nous devons et pouvons faire du Burkina Faso un meilleur pays.

SEM Yacouba Isaac Zida

Président d’honneur du MPS

Chers amis et chers compatriotes, je suis ému moi-même par la nouvelle que je vais vous annoncer. Vous vous souvenez certainement du lancement des activités du Mouvement Patriotique pour le Salut (MPS) le 27 juillet dernier à Tenkodogo. J’avais alors comme plusieurs d’entre vous marqué ma satisfaction de voir des jeunes compatriotes hommes et femmes, de tout âge de toute religion de toutes les régions de notre pays et de toute condition sociale, prendre l’engagement de lutter pour redonner l’espoir à notre peuple.

J’ai déjà longtemps cheminé avec plusieurs d’entre eux mais surtout en particulier avec le Professeur Loada président du parti pour qui j’ai beaucoup d’estime et de considération au regard des valeurs que nous partageons. Lui comme moi pense que l’engagement politique est un sacerdoce, un service bénévole au service de la communauté. Cependant la gouvernance actuelle de notre pays laisse voir que ceux qui nous dirigent n’ont pas cette même conception de la politique mais bien au contraire l’exercent comme un dividende obtenu d’un investissement privé. Ils ont par leur conception jouissive du pouvoir plongé notre pays dans un chaos indescriptible. Ceci s’explique par le fait qu’ils n’ont évidemment aucun esprit de sacrifice.

Convaincu qu’ensemble nous pouvons redresser la barque avant qu’il ne soit trop tard, j’ai marqué mon accord pour accompagner le MPS par mes conseils et toutes mes énergies autant que cela sera nécessaire. Il m’a donc été proposé d’intégrer le haut conseil du parti et d’occuper la position très honorable de président d’honneur, ce que j’ai naturellement accepté avec responsabilité.

À vous tous qui me suivez sur mes canaux de communication je réserve la primeur de cette information en attendant que le MPS la communique à l’opinion nationale et internationale conformément aux dispositions de ses statuts et règlements.

Puisse le Seigneur Dieu Tout-puissant m’accorder la force de répondre aux attentes des militants du parti et celles de tous les Burkinabé qui aspirent à des lendemains meilleurs.

Que Dieu bénisse le Burkina Faso!

C’est ensemble que nous bâtirons un Burkina meilleur!!!

MPS Burkina

Je salue le lancement aujourd’hui à Tenkodogo, la cité de Zoungrantenga, du parti politique présidé par le Pr Augustin Loada. Je félicite le Professeur ainsi que tous ses camarades patriotes qui ont porté sur les fonds baptismaux le Mouvement Patriotique pour le Salut (MPS).
Que la sagesse, l’intelligence et l’amour de la patrie guident aussi bien les dirigeants que les militants du parti.
Longue vie et plein succès au MPS et que sa contribution pour le Burkina Faso soit véritablement salutaire.


Que Dieu bénisse le MPS
Que Dieu bénisse le Burkina Faso